La qualité de Spotify en baisse

www.spotify.com/fr/

Je suis un utilisateur quotidien depuis environ deux ans. Ma boulimie de musique avait trouvé sa consécration dans cet outil qui semblait sans limites et l’ajout massif de nouveaux titre aux débuts de l’application en était un bon exemple.
Il me semble avoir acheté un iPhone pour pouvoir profiter de Spotify lors de mes déplacements plus que pour l’objet lui-même (bien qu’il me soit devenu indispensable par la suite). Le client mac est installé sur tous les ordinateurs que j’utilise à titre personnel et professionnel : Spotify est ainsi devenu pour moi le service public de la musique, au même titre que EDF ou France Telécom ont pu l’être à l’époque.
C’est dire l’attachement que je porte au concept et aux qualités manifestes de l’application. Mais le temps passe et certaines choses se dégradent. Je suis tenté de les mettre sur le compte de l’intertie mais j’ai peur que les conditions économiques et concurrentielles de la musique streamée n’en soient une partie de la cause. Notamment, Apple mène la vie dure aux éditeurs tiers en imposant des règles de bonne pratique qui sont parfois difficiles à suivre. Les équipes de ces éditeurs ayant un effectif souvent trop faible pour effectuer à une cadence effrénée les adaptations nécessaires pour rester compatible avec les mises à jour Apple.

 

Une ergonomie jusque là reconnue par l'ensemble des utilisateurs

Voici le stigmates de cette baisse de la qualité qui annoncent peut-être l’avènement d’Apple ldans le domaine de la musique streamée :

 

  • Plus de compatibilité iPod
    Spotify a décidé que les bugs que comportaient le logiciel iPod dans ces échanges avec les logiciels tiers rendaient non maintenable la compatibilité proposée dans la fonction qui permettait la lecture des musiques de l’application iPod directement dans Spotify. Je conçois cela comme une réel retour en arrière.

 

  • Pas de compatibilité avec les accessoires iPod
    Autre fait surprenant. Spotify ne support pas les fonctions qui permettent d’indiquer à un accessoire l’état de lecture/pause de l’application. Exemple : cette fonction permet à l’application iPod de déclencher la diffusion de la musique sur un transmetteur FM en voiture. Mon adaptateur Belkin se met en veille après 30 secondes de diffusion de la musique de Spotify, ne détectant pas cette information de lecture.
    J’ose espérer que le motif de cette absence de compatibilité est le caractère propriétaire de cette fonction gardé jalousement par Apple pour ses propres logiciels.

 

    Les choix graphiques deviennent discutables avec des boutons switch non standard qui ne se justifient pas.
  • Interface graphique non normalisée
    Lors de la dernière mise à jour de la version iOS (iPhone) de Spotify, le log annonçait fièrement des amélioration graphique qui rendraient l’application plus conviviale. J’ai alors découvert avec déception que ces amélioration consistaient à sortir de la charte graphique et fonctionnelle définie par Apple pour unifier les application tournant sur iOS. Loin de contraindre les développeurs, ces règles les aident à homogénéiser l’ergonomie de leurs logiciels afin d’aider l’utilisateur à créer des réflexes fonctionnels de bon sens.
    L’échec actuel des logiciels windows auprès de ses utilisateurs relève justement du non respect des règles ergonomique unifiées par la communauté des développeurs. Chacun d’entre eux étant convaincu de pouvoir réinventer avec talent l’ergonomie de Windows. Ce n’est malheureusement jamais le cas…

 

  • Baisse du nombre de titres disponibles au catalogue Je constate régulièrement que des titres que j’avais ajouté à mes listes de lecture ne sont plus disponibles. Quelques exemples :
    • Bass Fold Song de Stanley Clarke
    • Swing Low Sweet Cadillac de Dizzy Gillespie
    • Köln (album) Concert de Keith Jarrett
    • Rites de Jan Garbarek
    • Santander (album) de Laurent Cugny
    • Wicked Game de Chris Isaak
    • Dream On d’Aerosmith
    • Knokin’ On Heaven’s Door
    • Live au Zénith (album) de Michel Jonasz
    • L’ensemble des oeuvres de Richard Gotainer, Jean-Jacques Goldman, beaucoup d’albums de Louis Chédid, l’ensemble des albums de Francis Cabrel, l’album Noa de Noa (avec le superbe I don’t know produit par Pat Méthény)

    Je trouve qu’un service public ou du moins un « bien commun » qui devient si restrictif, en forme de retour en arrière vers de franches restrictions du catalogue, porte bien mal son nom.

  • Problème de reconnaissance des télécommandes écouteur
    Je constate depuis plusieurs jours que la télécommande de mes écouteurs est moins bien reconnu lorsque je sors mon iPhone se sa veille depuis la dernière mise à jour. Seul le bouton volume fonctionne… C’est un nouveau bug, qui me fait constater qu’une mise à jour chez Spotify peut dégrader les qualités fonctionnelles du logiciel plutôt que de les améliorer.
  • Temps de redémarrage d’une chanson très long
    Le temps chargement d’une chanson lorsque je ramène Spotify au premier plan est de l’ordre d’une dizaine de secondes alors que les chansons sont stockées sur mon iPhone. Cet aspect rend l’utilisation du logiciel quelque peu laborieuse. En comparaison, le logiciel iPod intégré exécute le lancement des chansons de manière quasi instantanée.
  • Inutilité de la synchro avec un ordinateur via wifi
    Le portage des fonctions de musique en ligne vers un stratégie cloud est dans l’air du temps (amazon, Apple, etc.). Mais proposer des fonctions qui se veulent concurrentielles face aux projets d’Apple lorsqu’elles sont inutiles n’apporte aucune valorisation au service. La possibilité de synchroniser l’application iOS avec un client de bureau est de celles-là.
    En effet, il est presque inutile de pouvoir configurer les listes de lecture d’un iPhone à partir de son ordinateur alors que ces mêmes listes sont déjà synchronisées à travers internet. La possibilité de pouvoir ajouter ses mp3 directement dans l’application Spotify est beaucoup moins intéressante que de pouvoir importer les mp3 à partir du logiciel iPod (voir le premier point de ma liste).
    La seule utilité que j’ai retenu de cette fonction est de pouvoir décider à partir de mon ordinateur quelles listes je stocke sur mon iPhone pour l’écoute de musique hors-ligne.

 

L’ensemble de ces constats ne m’enchante pas et je souhaite à Spotify un avenir bien meilleur que celui que je viens de décrire. L’offre de service premium reste tout à fait pertinente et fonctionnelle mais le resserrement du catalogue pourrait causer d’important dommages à la popularité de ce service dans les temps à venir.
Il est inutile de redoubler de créativité avec de nouvelles fonctionnalités dont l’utilité restera à démontrer si l’essentiel du contrat moral que Spotify a signé avec ses utilisateurs n’est pas rempli : plus de musique, toute la musique… avec un accès plus facile.

Pour ceux qui ne connaissent pas Spotify : découvrir Spotify.

2 réflexions au sujet de « La qualité de Spotify en baisse »

  1. Bonsoir et merci pour ce constat qui permettra peut être aux responsables du service de se concentrer sur les attentes des utilisateurs. Je me reconnais assez bien dans tes lignes ( surtout dans les références aux titres disparus quie sont également chers tels le Köln Concert ou Jonasz !;o))
    Le seul avantage des dernières màj reste à mes yeux la gestion des playlist par dossiers. Le problème le plus marquant depuis que j’ ai la possibilité d’apairer mon iphone à l’autoradio et la non poursuite de la lecture entre 2 connexions ( retour au menu principal ou je dois reselectionner la liste et/ou le titre.

    2e problème : les titres en mode offline doivent être resynchronisés trop souvent sans que je puisse en saisir la raison.

    En espérant que le service reprenne la bonne voie qui a orienté mon choix il y a bien des mois !!

    Musicalement
    Eric, abonné premium

  2. Bonjour,
    Ancien utilisateur de Deezer, j'ai voulu tester Spotify. Pas grand chose à redire, certains titres qui n'étaient plus dispo chez Deezer l'étant chez Spotify.
    En revanche mon autoradio ne reconnnait pas l'appli, contrairement à celle de Deezer, je vais donc faire machine arrière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *